Bonjour Monsieur Printemps

Poème sur le printemps

Ce matin, un petit bonhomme
Visage frais comme un bonbon
Portant un bel habit vert pomme
Est arrivé dans le vallon
C’est pour le saluer peut-être
Qu’aussitôt Monsieur le soleil
Avec tous ses rayons vermeils
A mis le nez à la fenêtre
Alors, par les prés et les bois
Tous les petits enfants chantèrent à la fois

Bonjour, bonjour, Monsieur Printemps
À la grand-route des nuages
Avez-vous fait un beau voyage
Et qu’apportez-vous, si content ?
« Je vous apporte le beau temps, mes enfants »
A répondu Monsieur Printemps

Alors, il fit la pirouette
Puis un salut très solennel
De la fontaine encore muette
Il brisa la prison de gel
Voyant ça, dans leur nid de mousse
Les fauvettes et les pinsons
Entonnèrent à l’unisson
Leurs chansonnettes les plus douces
Le vieux clocher tout étonné
Joyeusement s’est mis à recarillonner

Bonjour, bonjour, Monsieur Printemps
Sortez votre boîte à peinture
La terre a besoin de verdure
Et de lilas tout fleurissants
« Vous en aurez dans un instant, mes enfants »
A répondu Monsieur Printemps

Et puis, avec ses mains fluettes,
Il cueillit une branche au bois
De cette magique baguette
Il frappa sur le sol trois fois
Avec les fleurs en ribambelle
Poussèrent tous les papillons
Et dans le ciel, en tourbillons,
Arrivèrent les hirondelles
Alors, tous les petits enfants
Se mirent à genoux et dirent suppliants

Et nous, et nous, Monsieur Printemps
Des petits bambins que nous sommes
Si vous vouliez faire des hommes
Vous en auriez pour un instant
« J’aime mieux vous laisser longtemps des enfants »
A répondu Monsieur Printemps

 

René Paul Groffe- Zimmermann

Les chansons de Bob et Bobette – 1929-1937

La reine des neiges : quatrième histoire

prince et princesse la reine des neigesQuatrième histoire
Prince et princesse

Encore une fois, Gerda dut se reposer, elle s’assit. Alors sur la neige une corneille sautilla auprès d’elle, une grande corneille qui la regardait depuis un bon moment en secouant la tête. Elle fit Kra ! Kra ! Bonjour, bonjour. Elle ne savait dire mieux, mais avait d’excellentes intentions. Elle demanda à la petite fille où elle allait ainsi, toute seule, à travers le monde.
Le mot seule, Gerda le comprit fort bien, elle sentait mieux que quiconque tout ce qu’il pouvait contenir, elle raconta toute sa vie à la corneille et lui demanda si elle n’avait pas vu Kay.
La corneille hochait la tête et semblait réfléchir.

- Mais, peut-être bien, ça se peut…

- Vraiment ! tu le crois ? cria la petite fille.

Elle aurait presque tué la corneille tant elle l’embrassait.

- Doucement, doucement, fit la corneille. Je crois que ce pourrait bien être Kay, mais il t’a sans doute oubliée pour la princesse.

- Est-ce qu’il habite chez une princesse ? demanda Gerda.

- Oui, écoute, mais je m’exprime si mal dans ta langue. Si tu comprenais le parler des corneilles, ce me serait plus facile.

- Non, ça je ne l’ai pas appris, dit Gerda, mais grand-mère le savait, elle savait tout. Si seulement je l’avais appris !

- Ça ne fait rien, je raconterai comme je pourrai, très mal sûrement.

Et elle se mit à raconter. Dans ce royaume où nous sommes, habite une princesse d’une intelligence extraordinaire. L’autre jour qu’elle était assise sur le trône – ce n’est pas si amusant d’après ce qu’on dit-elle se mit à fredonner «Pourquoi ne pas me marier ?»

- Tiens, ça me donne une idée ! s’écria-t-elle. Et elle eut envie de se marier, mais elle voulait un mari capable de répondre avec esprit quand on lui parlait de toutes choses.
- Chaque mot que je dis est la pure vérité, interrompit la corneille. J’ai une fiancée qui est apprivoisée et se promène librement dans le château, c’est elle qui m’a tout raconté.
Sa fiancée était naturellement aussi une corneille, car une corneille mâle cherche toujours une fiancée de son espèce. Tout de suite les journaux parurent avec une bordure de cœurs et l’initiale de la princesse. On y lisait que tout jeune homme de bonne apparence pouvait monter au château et parler à la princesse, et celui qui parlerait de façon que l’on comprenne tout de suite qu’il était bien à sa place dans un château, que celui enfin qui parlerait le mieux, la princesse le prendrait pour époux.

- Oui ! Oui ! Tu peux m’en croire, c’est aussi vrai que me voilà, dit la corneille, les gens accouraient, quelle foule, quelle presse, mais sans succès le premier, ni le second jour. Ils parlaient tous très facilement dans la rue, mais quand ils avaient dépassé les grilles du palais, vu les gardes en uniforme brodé d’argent, les laquais en livrée d’or sur les escaliers et les grands salons illuminés, ils étaient tout déconcertés, ils se tenaient devant le trône où la princesse était assise et ne savaient que dire sinon répéter le dernier mot qu’elle avait prononcé, et ça elle ne se souciait nullement de l’entendre répéter. On aurait dit que tous ces prétendants étaient tombés en léthargie – jusqu’à ce qu’ils se retrouvent dehors, dans la rue, alors ils retrouvaient la parole. Il y avait queue depuis les portes de la ville jusqu’au château, affirma la corneille. Quand ils arrivaient au château, on ne leur offrait même pas un verre d’eau.
Les plus avisés avaient bien apporté des tartines mais ils ne partageaient pas avec leurs voisins, ils pensaient : «S’il a l’air affamé, la princesse ne le prendra pas. »
- Mais Kay, mon petit Kay, quand m’en parleras-tu ? Etait-il parmi tous ces gens-là?

- Patience ! Patience ! Nous y sommes. Le troisième jour arriva un petit personnage sans cheval ni voiture, il monta d’un pas décidé jusqu’au château, ses yeux brillaient comme les tiens, il avait de beaux cheveux longs, mais ses vêtements étaient bien pauvres.

- C’était Kay, jubila Gerda. Enfin je l’ai trouvé. Et elle battit des mains.

- Il avait un petit sac sur le dos, dit la corneille.

- Non, c’était sûrement son traîneau, dit Gerda, il était parti avec.

- Possible, répondit la corneille, je n’y ai pas regardé de si près, mais ma fiancée apprivoisée m’a dit que lorsqu’il entra par le grand portail, qu’il vit les gardes en uniforme brodé d’argent, les laquais des escaliers vêtus d’or, il ne fut pas du tout intimidé, il les salua, disant :
- Comme ce doit être ennuyeux de rester sur l’escalier, j’aime mieux entrer. Les salons étaient brillamment illuminés, les Conseillers particuliers et les Excellences marchaient pieds nus et portaient des plats en or, c’était quelque chose de très imposant. Il avait des souliers qui craquaient très fort, mais il ne se laissa pas impressionner.

- C’est sûrement Kay, dit Gerda, je sais qu’il avait des souliers neufs et je les entendais craquer dans la chambre de grand-maman.

Mais plein d’assurance, il s’avança jusque devant la princesse qui était assise sur une perle grande comme une roue de rouet.

Toutes les dames de la cour avec leurs servantes et les servantes de leurs servantes, et tous les chevaliers avec leurs serviteurs et les serviteurs de leurs serviteurs qui eux-mêmes avaient droit à un petit valet, se tenaient debout tout autour et plus ils étaient près de la porte, plus ils avaient l’air fier. Le valet du domestique du premier serviteur qui se promène toujours en pantoufles, on ose à peine le regarder tellement il a l’air fier debout devant la porte.
- Mais est-ce que Kay a tout de même eu la princesse ?

- Si je n’étais pas corneille, je l’aurais prise. Il était décidé et charmant, il n’était pas venu en prétendant mais seulement pour juger de l’intelligence de la princesse et il la trouva remarquable… et elle le trouva très bien aussi.

- C’était lui, c’était Kay, s’écria Gerda, il était si intelligent, il savait calculer de tête même avec les chiffres décimaux. Oh ! Conduis-moi au château…

- C’est vite dit, répartit la corneille, mais comment ? J’en parlerai à ma fiancée apprivoisée, elle saura nous conseiller car il faut bien que je te dise qu’une petite fille comme toi ne peut pas entrer là régulièrement.

- Si, j’irai, dit Gerda. Quand Kay entendra que je suis là il sortira tout de suite pour venir me chercher.
- Attends-moi là près de l’escalier.

Elle secoua la tête et s’envola. Il faisait nuit lorsque la corneille revint.
- Kra ! Kra ! Fit-elle. Ma fiancée te fait dire mille choses et voici pour toi un petit pain qu’elle a pris à la cuisine. Ils ont assez de pain là-dedans et tu dois avoir faim. Il est impossible que tu entres au château – tu n’as pas de chaussures – les gardes en argent et les laquais en or ne le permettraient pas, mais ne pleure pas, tu vas tout de même y aller. Ma fiancée connaît un petit escalier dérobé qui conduit à la chambre à coucher et elle sait où elle peut en prendre la clé.
Alors la corneille et Gerda s’en allèrent dans le jardin, dans les grandes allées où les feuilles tombaient l’une après l’autre, puis au château où les lumières s’éteignaient l’une après l’autre et la corneille conduisit Gerda jusqu’à une petite porte de derrière qui était entrebâillée.
Oh ! comme le cœur de Gerda battait d’inquiétude et de désir, comme si elle faisait quelque chose de mal, et pourtant elle voulait seulement savoir s’il s’agissait bien de Kay – oui, ce ne pouvait être que lui, elle pensait si intensément à ses yeux intelligents, à ses longs cheveux, elle le voyait vraiment sourire comme lorsqu’ils étaient à la maison sous les roses. Il serait sûrement content de la voir, de savoir quel long chemin elle avait fait pour le trouver.
Les voilà dans l’escalier où brûlait une petite lampe sur un buffet ; au milieu du parquet se tenait la corneille apprivoisée qui tournait la tête de tous les côtés et considérait Gerda, laquelle fit une révérence comme grand-mère le lui avait appris.

- Mon fiancé m’a dit tant de bien de vous, ma petite demoiselle, dit la corneille apprivoisée, du reste votre curriculum vitae, comme on dit, est si touchant. Voulez-vous tenir la lampe, je marcherai devant. Nous irons tout droit, ici nous ne rencontrerons personne.
- Il me semble que quelqu’un marche juste derrière nous, dit Gerda. Quelque chose passa près d’elle en bruissant, sur les murs glissaient des ombres : chevaux aux crinières flottantes et aux jambes fines, jeunes chasseurs, cavaliers et cavalières.

- Rêves que tout cela, dit la corneille. Ils viennent seulement orienter vers la chasse les rêves de nos princes, nous pourrons d’autant mieux les contempler dans leur lit. Mais autre chose : si vous entrez en grâce et prenez de l’importance ici, vous montrerez-vous reconnaissante ?
- Ne parlons pas de ça, dit la corneille de la forêt.

Ils entrèrent dans la première salle tendue de satin rose à grandes fleurs, les rêves les avaient dépassés et couraient si vite que Gerda ne put apercevoir les hauts personnages. Les salles se succédaient l’une plus belle que l’autre, on en était impressionné … et ils arrivèrent à la chambre à coucher. Le plafond ressemblait à un grand palmier aux feuilles de verre précieux, et au milieu du parquet se trouvaient, accrochés à une tige d’or, deux lits qui ressemblaient à des lis, l’un était blanc et la princesse y était couchée, l’autre était rouge et c’est dans celui-là que Gerda devait chercher le petit Kay. Elle écarta quelques pétales rouges et aperçut une nuque brune.

- Oh ! C’est Kay ! cria-t-elle tout haut en élevant la lampe vers lui.

Les rêves à cheval bruissaient dans la chambre. Il s’éveilla, tourna la tête vers elle – et ce n’était pas le petit Kay … Le prince ne lui ressemblait que par la nuque mais il était jeune et beau.
Alors la petite Gerda se mit à pleurer, elle raconta toute son histoire et ce que les corneilles avaient fait pour l’aider.

- Pauvre petite, s’exclamèrent le prince et la princesse. Ils louèrent grandement les corneilles, déclarant qu’ils n’étaient pas du tout fâchés mais qu’elles ne devaient tout de même pas recommencer. Cependant ils voulaient leur donner une récompense.

- Voulez-vous voler librement ? demanda la princesse, ou voulez-vous avoir la charge de corneilles de la cour ayant droit à tous les déchets de la cuisine ?

Les deux corneilles firent la révérence et demandèrent une charge fixe ; elles pensaient à leur vieillesse et qu’il est toujours bon d’avoir quelque chose de sûr pour ses vieux jours.
Le prince se leva de son lit et permit à Gerda d’y dormir. Il ne pouvait vraiment faire plus. Elle joignit ses petites mains et pensa : « Comme il y a des êtres humains et aussi des animaux qui sont bons ! » Là-dessus elle ferma les yeux et s’endormit délicieusement.

 Tous les rêves voltigèrent à nouveau autour d’elle, cette fois ils avaient l’air d’anges du Bon Dieu, ils portaient un petit traîneau sur lequel était assis Kay qui saluait. Mais tout ceci n’était que rêve et disparut dès qu’elle s’éveilla.

Le lendemain on la vêtit de la tête aux pieds de soie et de velours, elle fut invitée à rester au château et à couler des jours heureux mais elle demanda seulement une petite voiture attelée d’un cheval et une paire de petites bottines, elle voulait repartir de par le monde pour retrouver Kay.
On lui donna de petites bottines et un manchon, on l’habilla à ravir et au moment de partir un carrosse d’or pur attendait devant la porte. La corneille de la forêt, mariée maintenant, les accompagna pendant trois lieues, assise à côté de la petite fille car elle ne pouvait supporter de rouler à reculons, la deuxième corneille, debout à la porte, battait des ailes, souffrant d’un grand mal de tête pour avoir trop mangé depuis qu’elle avait obtenu un poste fixe, elle ne pouvait les accompagner. Le carrosse était bourré de craquelins sucrés, de fruits et de pains d’épice.
- Adieu ! Adieu ! Criaient le prince et la princesse.

Gerda pleurait, la corneille pleurait, les premières lieues passèrent ainsi, puis la corneille fit aussi ses adieux et ce fut la plus dure séparation. Elle s’envola dans un arbre et battit de ses ailes noires aussi longtemps que fut en vue la voiture qui rayonnait comme le soleil lui-même.

Carnaval

Pour mardi gras, nous vous proposons cette année le carnaval de Venise de Théophile Gautier
carnaval de Venise
Venise pour le bal s’habille.
De paillettes tout étoilé,
Scintille, fourmille et babille
Le carnaval bariolé.
Arlequin, nègre par son masque,
Serpent par ses mille couleurs,
Rosse d’une note fantasque
Cassandre son souffre-douleurs.
Battant de l’aile avec sa manche
Comme un pingouin sur un écueil,
Le blanc Pierrot, par une blanche,
Passe la tête et cligne l’oeil.
Le Docteur bolonais rabâche
Avec la basse aux sons traînés;
Polichinelle, qui se fâche,
Se trouve une croche pour nez.
Heurtant Trivelin qui se mouche
Avec un trille extravagant,
A Colombine Scaramouche
Rend son éventail ou son gant.
Sur une cadence se glisse
Un domino ne laissant voir
Qu’un malin regard en coulisse
Aux paupières de satin noir.
Ah! fine barbe de dentelle,
Que fait voler un souffle pur,
Cet arpège m’a dit : C’est elle !
Malgré tes réseaux, j’en suis sûr,
Et j’ai reconnu, rose et fraîche,
Sous l’affreux profil de carton,
Sa lèvre au fin duvet de pêche,
Et la mouche de son menton.
Théophile Gautier-Émaux et Camées

Reckless, le retour de Jacob

Le retour de Jacob RecklessAprès «Le sortilège de pierre», le nouvel ouvrage de Cornelia Funke, Reckless est le 2ème opus d’une grande fresque fantastique. Le tome 1 a reçu le « Coup de cœur RTL » et le prix « Imaginales 2011″.

De l’autre côté du miroir : un univers fascinant, où se trouvent créatures fantastiques et objets aux pouvoirs prodigieux, mais aussi pièges et cruels sortilèges.

Pour sauver son frère le jeune Reckless a attiré une malédiction mortelle. Depuis Jacob parcourt les royaumes à la recherche d’un antidote. Fox, l’éblouissante fille renarde est son amie…

Illustrateur de couverture : Alison Impey
Auteur Cornelia Funke
Traduit (allemand) par : Marie-Claude Auger
Collection: Grand format littérature
Séries: Romans Ado
Gallimard Jeunesse

448 pages
155 x 225mm
A partir de 13 ans
19.50 €

Lire un extrait

Boucle d’ours

boucle d'ours le carnaval de la forêt

Ce soir toute la famille  Ours se prépare pour le grand carnaval de la forêt !

Papa Ours s’est déguisé en grand méchant loup, Maman Ourse en Belle au bois dormant, et Petit Ours en Boucle d’ours  ! Papa Ours n’est pas d’accord,  les couettes et les jupettes, c’est pour les filles, les oursonnes… pas pour son fiston d’ourson ! Mais, à l’arrivée du Grand Méchant Loup, déguisé en Chaperon Loup, Papa Ours n’est plus sûr de rien !

Une belle histoire à découvrir avec les enfants

Auteur : Stéphane Servant – Illustrations : Laetitia Le Saux
32 pagesFormat : 234 x 250 mm
Livre pour les enfants dès 4 ans
Didier jeunesse
Date de parution 17/04/2013
Prix 12.50 €

A découvrir pour carnaval

Histoire de jeux olympiques

jeux olympiques Sotchi 2014Avec les jeux olympiques d’hiver de Sotchi, c’est l’heure de raconter l’histoire des JO, des jeux antiques aux jeux modernes.

Découvrez 2 ouvrages qui présentent les JO de l’antiquité à nos jours :

jeux olympiquesLes jeux olympiques, ma grande encyclopédie chez Milan Jeunesse pour entrer dans les coulisses des JO et revivre cette incroyable aventure, de nombreuses anecdotes, des sports et des champions à découvrir

Dès 10 ans, 155 pages, 25 x 28 cm

les jeux olympiques milanLes jeux olympiques pour tout savoir sur les JO aux éditions Milan

Dès 5 ans, 40 pages, 23 x 26 cm

La Reine des neiges – Troisième histoire

roseTroisième histoire
Le jardin de la magicienne

Mais que disait la petite Gerda, maintenant que Kay n’était plus là ? Où était-il ? Personne ne  le savait, personne ne pouvait expliquer sa disparition. Les garçons savaient seulement qu’ils l’avaient vu attacher son petit traîneau à un autre, très grand, qui avait tourné dans la rue et était sorti de la ville. Nul ne savait où il était, on versa des larmes, la petite Gerda pleura beaucoup et longtemps, ensuite on dit qu’il était mort, qu’il était tombé dans la rivière coulant près de la ville. Les jours de cet hiver-là furent longs et sombres.

Enfin vint le printemps et le soleil.

- Kay est mort et disparu, disait la petite Gerda.

- Nous ne le croyons pas, répondaient les rayons du soleil.
- Il est mort et disparu, dit-elle aux hirondelles.
- Nous ne le croyons pas, répondaient-elles.
A la fin la petite Gerda ne le croyait pas non plus.
- Je vais mettre mes nouveaux souliers rouges, dit-elle un matin, ceux que Kay n’a jamais vus et je vais aller jusqu’à la rivière l’interroger.
Il était de bonne heure, elle embrassa sa grand-mère qui dormait, mit ses souliers rouges et toute seule sortit par la porte de la ville, vers le fleuve.
- Est-il vrai que tu m’as pris mon petit camarade de jeu ? Je te ferai cadeau de mes souliers rouges si tu me le rends.

Il lui sembla que les vagues lui faisaient signe, alors elle enleva ses souliers rouges, ceux auxquels elle tenait le plus, et les jeta tous les deux dans l’eau, mais ils tombèrent tout près du bord et les vagues les repoussèrent tout de suite vers elle, comme si la rivière ne voulait pas les accepter, puisqu’elle n’avait pas pris le petit Kay. Gerda crut qu’elle n’avait pas lancé les souliers assez loin, alors elle grimpa dans un bateau qui était là entre les roseaux, elle alla jusqu’au bout du bateau et jeta de nouveau ses souliers dans l’eau. Par malheur le bateau n’était pas attaché et dans le mouvement qu’elle fit il s’éloigna de la rive, elle s’en aperçut aussitôt et voulut retourner à terre, mais avant qu’elle n’y eût réussi, il était déjà loin sur l’eau et il s’éloignait de plus en plus vite.

Alors la petite Gerda fut prise d’une grande frayeur et se mit à pleurer, mais personne ne pouvait l’entendre, excepté les moineaux, et ils ne pouvaient pas la porter, ils volaient seulement le long de la rive, en chantant comme pour la consoler :  » Nous voici ! Nous voici !  » Le bateau s’en allait à la dérive, la pauvre petite était là tout immobile sur ses bas, les petits souliers rouges flottaient derrière mais ne pouvaient atteindre la barque qui allait plus vite.
« Peut-être la rivière va-t-elle m’emporter auprès de Kay », pensa Gerda en reprenant courage. Elle se leva et durant des heures admira la beauté des rives verdoyantes. Elle arriva ainsi à un grand champ de cerisiers où se trouvait une petite maison avec de drôles de fenêtres rouges et bleues et un toit de chaume. Devant elle, deux soldats de bois présentaient les armes à ceux qui passaient. Gerda les appela croyant qu’ils étaient vivants, mais naturellement ils ne répondirent pas, elle les approcha de tout près et le flot poussa la barque droit vers la terre.
Gerda appela encore plus fort, alors sortit de la maison une vieille, vieille femme qui s’appuyait sur un bâton à crochet, elle portait un grand chapeau de soleil orné de ravissantes fleurs peintes.

- Pauvre petite enfant, dit la vieille, comment es-tu venue sur ce fort courant qui t’emporte loin dans le vaste monde ?

La vieille femme entra dans l’eau, accrocha le bateau avec le crochet de son bâton, le tira à la rive et en fit sortir la petite fille.

Gerda était bien contente de toucher le sol sec mais un peu effrayée par cette vieille femme inconnue.
- Viens me raconter qui tu es et comment tu es ici, disait-elle.

La petite lui expliqua tout et la vieille branlait la tête en faisant Hm ! Hm ! et comme Gerda, lui ayant tout dit, lui demandait si elle n’avait pas vu le petit Kay, la femme lui répondit qu’il n’avait pas passé encore, mais qu’il allait sans doute venir, qu’il ne fallait en tout cas pas qu’elle s’en attriste mais qu’elle entre goûter ses confitures de cerises, admirer ses fleurs plus belles que celles d’un livre d’images ; chacune d’elles savait raconter une histoire.
Alors elle prit Gerda par la main et elles entrèrent dans la petite maison dont la vieille femme ferma la porte.

Les fenêtres étaient situées très haut et les vitres en étaient rouges, bleues et jaunes, la lumière du jour y prenait des teintes étranges mais sur la table il y avait de délicieuses cerises, Gerda en mangea autant qu’il lui plut. Tandis qu’elle mangeait, la vieille peignait sa chevelure avec un peigne d’or et ses cheveux blonds bouclaient et brillaient autour de son aimable petit visage, tout rond, semblable à une rose.

- J’avais tant envie d’avoir une si jolie petite fille, dit la vieille, tu vas voir comme nous allons bien nous entendre !

A mesure qu’elle peignait les cheveux de Gerda, la petite oubliait de plus en plus son camarade de jeu, car la vieille était une magicienne, mais pas une méchante sorcière, elle s’occupait un peu de magie, comme ça, seulement pour son plaisir personnel et elle avait très envie de garder la petite fille auprès d’elle.

C’est pourquoi elle sortit dans le jardin, tendit sa canne à crochet vers tous les rosiers et, quoique chargés des fleurs les plus ravissantes, ils disparurent dans la terre noire, on ne voyait même plus où ils avaient été. La vieille femme avait peur que Gerda, en voyant les roses, ne vint à se souvenir de son rosier à elle, de son petit camarade Kay et qu’elle ne s’enfuie.
Ensuite, elle conduisit Gerda dans le jardin fleuri. Oh ! Quel parfum délicieux ! Toutes les fleurs et les fleurs de toutes les saisons étaient là dans leur plus belle floraison, nul livre d’images n’aurait pu être plus varié et plus beau. Gerda sauta de plaisir et joua jusqu’au moment où le soleil descendit derrière les grands cerisiers. Alors on la mit dans un lit délicieux garni d’édredons de soie rouge bourrés de violettes bleues, et elle dormit et rêva comme une princesse au jour de ses noces.

Le lendemain elle joua encore parmi les fleurs, dans le soleil – et les jours passèrent. Gerda connaissait toutes les fleurs par leur nom, il y en avait tant et tant et cependant il lui semblait qu’il en manquait une, laquelle ? Elle ne le savait pas.

Un jour elle était là, assise, et regardait le chapeau de soleil de la vieille femme avec les fleurs peintes où justement la plus belle fleur était une rose. La sorcière avait tout à fait oublié de la faire disparaître de son chapeau en même temps qu’elle faisait descendre dans la terre les vraies roses. On ne pense jamais à tout !

- Comment, s’écria Gerda, il n’y pas une seule rose ici ? Elle sauta au milieu de tous les parterres, chercha et chercha, mais n’en trouva aucune. Alors elle s’assit sur le sol et pleura, mais ses chaudes larmes tombèrent précisément à un endroit où un rosier s’était enfoncé, et lorsque les larmes mouillèrent la terre, l’arbre reparut soudain plus magnifiquement fleuri qu’auparavant. Gerda l’entoura de ses bras et pensa tout d’un coup à ses propres roses de chez elle et à son petit ami Kay.

- Oh comme on m’a retardée, dit la petite fille. Et je devais chercher Kay ! Ne savez-vous pas où il est ? demanda-t-elle aux roses. Croyez-vous vraiment qu’il soit mort et disparu ?
- Non, il n’est pas mort, répondirent les roses, nous avons été sous la terre, tous les morts y sont et Kay n’y était pas !

- Merci, merci à vous, dit Gerda allant vers les autres fleurs. Elle regarda dans leur calice en demandant :
- Ne savez-vous pas où se trouve le petit Kay ?

Mais chaque fleur debout au soleil rêvait sa propre histoire, Gerda en entendit tant et tant, aucune ne parlait de Kay.

Mais que disait donc le lis rouge ? – Entends-tu le tambour : Boum ! boum ! Deux notes seulement, boum ! boum ! Ecoute le chant de deuil des femmes, l’appel du prêtre. Dans son long sari rouge, la femme hindoue est debout sur le bûcher, les flammes montent autour d’elle et de son époux défunt, mais la femme hindoue pense à l’homme qui est vivant dans la foule autour d’elle, à celui dont les yeux brûlent, plus ardents que les flammes, celui dont le regard touche son cœur plus que cet incendie qui bientôt réduira son corps en cendres. La flamme du cœur peut-elle mourir dans les flammes du bûcher ?

- Je n’y comprends rien du tout, dit la petite Gerda.

- C’est là mon histoire, dit le lis rouge.

Et que disait le liseron ?

- Là-bas, au bout de l’étroit sentier de montagne est suspendu un vieux castel, le lierre épais pousse sur les murs rongés, feuille contre feuille, jusqu’au balcon où se tient une ravissante jeune fille. Elle se penche sur la balustrade et regarde au loin sur le chemin. Aucune rose dans le branchage n’est plus fraîche que cette jeune fille, aucune fleur de pommier que le vent arrache à l’arbre et emporte au loin n’est plus légère. Dans le froufrou de sa robe de soie, elle s’agite : «Ne vient-il pas ?».

- Est-ce de Kay que tu parles ? demanda Gerda.

- Je ne parle que de ma propre histoire, de mon rêve, répondit le liseron.

Mais que dit le petit perce-neige ?

- Dans les arbres, cette longue planche suspendue par deux cordes, c’est une balançoire. Deux délicieuses petites filles – les robes sont blanches, de longs rubans verts flottent à leurs chapeaux – y sont assises et se balancent. Le frère, plus grand qu’elle, se met debout sur la balançoire, il passe un bras autour de la corde pour se tenir, il tient d’une main une petite coupe, de l’autre une pipe d’écume et il fait des bulles de savon. La balançoire va et vient, les bulles de savon aux teintes irisées s’envolent, la dernière tient encore à la pipe et se penche dans la brise. La balançoire va et vient. Le petit chien noir aussi léger que les bulles de savon se dresse sur ses pattes de derrière et veut aussi monter, mais la balançoire vole, le chien tombe, il aboie, il est furieux, on rit de lui, les bulles éclatent. Voilà ! une planche qui se balance, une écume qui se brise, voilà ma chanson…

- C’est peut-être très joli ce que tu dis là, mais tu le dis tristement et tu ne parles pas de Kay. Que dit la jacinthe ?

- Il y avait trois sœurs délicieuses, transparentes et délicates, la robe de la première était rouge, celle de la seconde bleue, celle de la troisième toute blanche. Elles dansaient en se tenant par la main près du lac si calme, au clair de lune. Elles n’étaient pas filles des elfes mais bien enfants des hommes. L’air embaumait d’un exquis parfum, les jeunes filles disparurent dans la forêt. Le parfum devenait de plus en plus fort – trois cercueils où étaient couchées les ravissantes filles glissaient d’un fourré de la forêt dans le lac, les vers luisants volaient autour comme de petites lumières flottantes. Dormaient-elles ces belles filles ? Etaient-elles mortes ? Le parfum des fleurs dit qu’elles sont mortes, les cloches sonnent pour les défuntes.
- Tu me rends malheureuse, dit la petite Gerda. Tu as un si fort parfum, qui me fait penser à ces pauvres filles. Hélas ! le petit Kay est-il vraiment mort ? Les roses qui ont été sous la terre me disent que non.

- Ding ! Dong ! sonnèrent les clochettes des jacinthes. Nous ne sonnons pas pour le petit Kay, nous ne le connaissons pas. Nous chantons notre chanson, c’est la seule que nous sachions.
Gerda se tourna alors vers le bouton d’or qui brillait parmi les feuilles vertes, luisant.
- Tu es un vrai petit soleil ! lui dit Gerda. Dis-moi si tu sais où je trouverai mon camarade de jeu ?

Le bouton d’or brillait tant qu’il pouvait et regardait aussi la petite fille. Mais quelle chanson savait-il ? On n’y parlait pas non plus de Kay :

- Dans une petite ferme, le soleil brillait au premier jour du printemps, ses rayons frappaient le bas du mur blanc du voisin, et tout près poussaient les premières fleurs jaunes, or lumineux dans ces chauds rayons. Grand-mère était assise dehors dans son fauteuil, sa petite fille, la pauvre et jolie servante rentrait d’une courte visite, elle embrassa la grand-mère. Il y avait de l’or du cœur dans ce baiser béni. De l’or sur les lèvres, de l’or au fond de l’être, de l’or dans les claires heures du matin. Voilà ma petite histoire, dit le bouton d’or.

- Ma pauvre vieille grand-mère, soupira Gerda. Elle me regrette sûrement et elle s’inquiète comme elle s’inquiétait pour Kay. Mais je rentrerai bientôt et je ramènerai Kay. Cela ne sert à rien que j’interroge les fleurs, elles ne connaissent que leur propre chanson, elles ne savent pas me renseigner.

Elle retroussa sa petite robe pour pouvoir courir plus vite, mais le narcisse lui fit un croc-en-jambe au moment où elle sautait par-dessus lui. Alors elle s’arrêta, regarda la haute fleur et demanda :

- Sais-tu par hasard quelque chose ?

Elle se pencha très bas pour être près de lui. Et que dit-il ?

- Je me vois moi- même, je me vois moi-même ! Oh! Oh! quel parfum je répands ! Là-haut dans la mansarde, à demi vêtue, se tient une petite danseuse, tantôt sur une jambe, tantôt sur les deux, elle envoie promener le monde entier de son pied, au fond elle n’est qu’une illusion visuelle, pure imagination. Elle verse l’eau de la théière sur un morceau d’étoffe qu’elle tient à la main, c’est son corselet – la propreté est une bonne chose – la robe blanche est suspendue à la patère, elle a aussi été lavée dans la théière et séchée sur le toit. Elle met la robe et un fichu jaune safran autour du cou pour que la robe paraisse plus blanche. La jambe en l’air ! dressée sur une longue tige, c’est moi, je me vois moi-même.

- Mais je m’en moque, cria Gerda, pourquoi me raconter cela ?

Elle courut au bout du jardin. La porte était fermée, mais elle remua la charnière rouillée qui céda, la porte s’ouvrit. Alors la petite Gerda, sans chaussures, s’élança sur ses bas dans le monde.
Elle se retourna trois fois, mais personne ne la suivait ; à la fin, lasse de courir, elle s’assit sur une grande pierre. Lorsqu’elle regarda autour d’elle, elle vit que l’été était passé, on était très avancé dans l’automne, ce qu’on ne remarquait pas du tout dans le jardin enchanté où il y avait toujours du soleil et toutes les fleurs de toutes les saisons.

- Mon Dieu que j’ai perdu de temps ! s’écria la petite Gerda. Voilà que nous sommes en automne, je n’ai pas le droit de me reposer.

Elle se leva et repartit. Comme ses petits pieds étaient endoloris et fatigués ! Autour d’elle tout était froid et hostile, les longues feuilles du saule étaient toutes jaunes et le brouillard s’égouttait d’elles, une feuille après l’autre tombait à terre, seul le prunellier avait des fruits âcres à vous en resserrer toutes les gencives. Oh ! Que tout était gris et lourd dans le vaste monde !

La reine des neiges : deuxième histoire

Deuxième histoire

Un petit garçon et une petite fille

Dans une grande ville où il y a tant de maisons et tant de monde qu’il ne reste pas assez de place pour que chaque famille puisse avoir son petit jardin, deux enfants pauvres avaient un petit jardin. Ils n’étaient pas frère et sœur, mais s’aimaient autant que s’ils l’avaient été. Leurs parents habitaient juste en face les uns des autres, là où le toit d’une maison touchait presque le toit de l’autre, séparés seulement par les gouttières. Une petite fenêtre s’ouvrait dans chaque maison, il suffisait d’enjamber les gouttières pour passer d’un logement à l’autre. Les familles avaient chacune devant sa fenêtre une grande caisse où poussaient des herbes potagères dont elles se servaient dans la cuisine, et dans chaque caisse poussait aussi un rosier qui se développait admirablement. Un jour, les parents eurent l’idée de placer les caisses en travers des gouttières de sorte qu’elles se rejoignaient presque d’une fenêtre à l’autre et formaient un jardin miniature. Les tiges de pois pendaient autour des caisses et les branches des rosiers grimpaient autour des fenêtres, se penchaient les unes vers les autres, un vrai petit arc de triomphe de verdure et de fleurs. Comme les caisses étaient placées très haut, les enfants savaient qu’ils n’avaient pas le droit d’y grimper seuls, mais on leur permettait souvent d’aller l’un vers l’autre, de s’asseoir chacun sur leur petit tabouret sous les roses, et ils ne jouaient nulle part mieux que là.

L’hiver, ce plaisir-là était fini. Les vitres étaient couvertes de givre, mais alors chaque enfant faisait chauffer sur le poêle une pièce de cuivre et la plaçait un instant sur la vitre gelée. Il se formait un petit trou tout rond à travers lequel épiait à chaque fenêtre un petit œil très doux, celui du petit garçon d’un côté, celui de la petite fille de l’autre. Lui s’appelait Kay et elle Gerda.

L’été, ils pouvaient d’un bond venir l’un chez l’autre ; l’hiver il fallait d’abord descendre les nombreux étages d’un côté et les remonter ensuite de l’autre. Dehors, la neige tourbillonnait.
- Ce sont les abeilles blanches qui papillonnent, disait la grand-mère.
- Est-ce qu’elles ont aussi une reine ? demanda le petit garçon.
- Mais bien sûr, dit grand-mère. Elle vole là où les abeilles sont les plus serrées, c’est la plus grande de toutes et elle ne reste jamais sur la terre, elle remonte dans les nuages noirs.
- Nous avons vu ça bien souvent, dirent les enfants.
Et ainsi ils surent que c’était vrai.
- Est-ce que la Reine des Neiges peut entrer ici ? demanda la petite fille.
- Elle n’a qu’à venir, dit le petit garçon, je la mettrai sur le poêle brûlant et elle fondra aussitôt.
Le soir, le petit Kay, à moitié déshabillé, grimpa sur une chaise près de la fenêtre et regarda par le trou d’observation. Quelques flocons de neige tombaient au-dehors et l’un de ceux-ci, le plus grand, atterrit sur le rebord d’une des caisses de fleurs. Ce flocon grandit peu à peu et finit par devenir une dame vêtue du plus fin voile blanc fait de millions de flocons en forme d’étoiles. Elle était belle, si belle, faite de glace aveuglante et scintillante et cependant vivante. Ses yeux étincelaient comme deux étoiles, mais il n’y avait en eux ni calme ni repos. Elle fit vers la fenêtre un signe de la tête et de la main. Le petit garçon, tout effrayé, sauta à bas de la chaise, il lui sembla alors qu’un grand oiseau, au- dehors, passait en plein vol devant la fenêtre.
Le lendemain fut un jour de froid clair, puis vint le dégel et le printemps.
Cet été-là les roses fleurirent magnifiquement, Gerda avait appris un psaume où l’on parlait des roses, cela lui faisait penser à ses propres roses et elle chanta cet air au petit garçon qui lui-même chanta avec elle :

Les roses poussent dans les vallées où l’enfant Jésus vient nous parler.

Les deux enfants se tenaient par la main, ils baisaient les roses, admiraient les clairs rayons du soleil de Dieu et leur parlaient comme si Jésus était là. Quels beaux jours d’été où il était si agréable d’être dehors sous les frais rosiers qui semblaient ne vouloir jamais cesser de donner des fleurs !
Kay et Gerda étaient assis à regarder le livre d’images plein de bêtes et d’oiseaux – l’horloge sonnait cinq heures à la tour de l’église – quand brusquement Kay s’écria :
- Aïe, quelque chose m’a piqué au cœur et une poussière m’est entrée dans l’œil. La petite le prit par le cou, il cligna des yeux, non, on ne voyait rien.
- Je crois que c’est parti, dit-il.
Mais ce ne l’était pas du tout ! C’était un de ces éclats du miroir ensorcelé dont nous nous souvenons, cet affreux miroir qui faisait que tout ce qui était grand et beau, réfléchi en lui, devenait petit et laid, tandis que le mal et le vil, le défaut de la moindre chose prenait une importance et une netteté accrues.
Le pauvre Kay avait aussi reçu un éclat juste dans le cœur qui serait bientôt froid comme un bloc de glace. Il ne sentait aucune douleur, mais le mal était fait.
- Pourquoi pleures-tu ? cria-t-il, tu es laide quand tu pleures, est-ce que je me plains de quelque chose ? Oh! cette rose est dévorée par un ver et regarde celle-là qui pousse tout de travers, au fond ces roses sont très laides.
Il donnait des coups de pied dans la caisse et arrachait les roses.
- Kay, qu’est-ce que tu fais ? cria la petite.
Et lorsqu’il vit son effroi, il arracha encore une rose et rentra vite par sa fenêtre, laissant là la charmante petite Gerda.
Quand par la suite elle apportait le livre d’images, il déclarait qu’il était tout juste bon pour les bébés et si grand-mère gentiment racontait des histoires, il avait toujours à redire, parfois il marchait derrière elle, mettait des lunettes et imitait, à la perfection du reste, sa manière de parler ; les gens en riaient.
Bientôt il commença à parler et à marcher comme tous les gens de sa rue pour se moquer d’eux.
On se mit à dire : « Il est intelligent ce garçon-là ! » Mais c’était la poussière du miroir qu’il avait reçue dans l’œil, l’éclat qui s’était fiché dans son cœur qui étaient la cause de sa transformation et de ce qu’il taquinait la petite Gerda, laquelle l’aimait de toute son âme. Ses jeux changèrent complètement, ils devinrent beaucoup plus réfléchis. Un jour d’hiver, comme la neige tourbillonnait au-dehors, il apporta une grande loupe, étala sa veste bleue et laissa la neige tomber dessus.
- Regarde dans la loupe, Gerda, dit-il.
Chaque flocon devenait immense et ressemblait à une fleur splendide ou à une étoile à dix côtés.
- Comme c’est curieux, bien plus intéressant qu’une véritable fleur, ici il n’y a aucun défaut, ce seraient des fleurs parfaites – si elles ne fondaient pas.
Peu après Kay arriva portant de gros gants, il avait son traîneau sur le dos, il cria aux oreilles de Gerda :
- J’ai la permission de faire du traîneau sur la grande place où les autres jouent ! Et le voilà parti.
Sur la place, les garçons les plus hardis attachaient souvent leur traîneau à la voiture d’un paysan et se faisaient ainsi traîner un bon bout de chemin. C’était très amusant. Au milieu du jeu ce jour-là arriva un grand traîneau peint en blanc dans lequel était assise une personne enveloppée d’un manteau de fourrure blanc avec un bonnet blanc également. Ce traîneau fit deux fois le tour de la place et Kay put y accrocher rapidement son petit traîneau.
Dans la rue suivante, ils allaient de plus en plus vite. La personne qui conduisait tournait la tète, faisait un signe amical à Kay comme si elle le connaissait. Chaque fois que Kay voulait détacher son petit traîneau, cette personne faisait un signe et Kay ne bougeait plus ; ils furent bientôt aux portes de la ville, les dépassèrent même.
Alors la neige se mit à tomber si fort que le petit garçon ne voyait plus rien devant lui, dans cette course folle, il saisit la corde qui l’attachait au grand traîneau pour se dégager, mais rien n’y fit. Son petit traîneau était solidement fixé et menait un train d’enfer derrière le grand. Alors il se mit à crier très fort mais personne ne l’entendit, la neige le cinglait, le traîneau volait, parfois il faisait un bond comme s’il sautait par-dessus des fossés et des mottes de terre. Kay était épouvanté, il voulait dire sa prière et seule sa table de multiplication lui venait à l’esprit.
Les flocons de neige devenaient de plus en plus grands, à la fin on eût dit de véritables maisons blanches ; le grand traîneau fit un écart puis s’arrêta et la personne qui le conduisait se leva, son manteau et son bonnet n’étaient faits que de neige et elle était une dame si grande et si mince, étincelante : la Reine des Neiges.
- Nous en avons fait du chemin, dit-elle, mais tu es glacé, viens dans ma peau d’ours.
Elle le prit près d’elle dans le grand traîneau, l’enveloppa du manteau. Il semblait à l’enfant tomber dans des gouffres de neige.
- As-tu encore froid ? demanda-t-elle en l’embrassant sur le front.
Son baiser était plus glacé que la glace et lui pénétra jusqu’au cœur déjà à demi glacé. Il crut mourir, un instant seulement, après il se sentit bien, il ne remarquait plus le froid.
«Mon traîneau, n’oublie pas mon traîneau.» C’est la dernière chose dont se souvint le petit garçon. Le traîneau fut attaché à une poule blanche qui vola derrière eux en le portant sur son dos. La Reine des Neiges posa encore une fois un baiser sur le front de Kay, alors il sombra dans l’oubli total, il avait oublié Gerda, la grand-mère et tout le monde à la maison. – Tu n’auras pas d’autre baiser, dit-elle, car tu en mourrais.
Kay la regarda. Qu’elle était belle, il ne pouvait s’imaginer visage plus intelligent, plus charmant, elle ne lui semblait plus du tout de glace comme le jour où il l’avait aperçue de la fenêtre et où elle lui avait fait des signes d’amitié ! A ses yeux elle était aujourd’hui la perfection, il n’avait plus du tout peur, il lui raconta qu’il savait calculer de tête, même avec des chiffres décimaux, qu’il connaissait la superficie du pays et le nombre de ses habitants. Elle lui souriait … Alors il sembla à l’enfant qu’il ne savait au fond que peu de chose et ses yeux s’élevèrent vers l’immensité de l’espace. La reine l’entraînait de plus en plus haut. Ils volèrent par-dessus les forêts et les océans, les jardins et les pays. Au-dessous d’eux le vent glacé sifflait, les loups hurlaient, la neige étincelait, les corbeaux croassaient, mais tout en haut brillait la lune, si grande et si claire. Au matin, il dormait aux pieds de la Reine des Neiges.

La reine des neiges : première histoire

Un conte d’Andersen pour terminer l’année en sept histoires.

Première histoire :

miroir

Qui traite d’un miroir et de ses morceaux

Voilà ! Nous commençons. Lorsque nous serons à la fin de l’histoire, nous en saurons plus que maintenant, car c’était un bien méchant sorcier, un des plus mauvais, le «diable» en personne.

Un jour il était de fort bonne humeur : il avait fabriqué un miroir dont la particularité était que le Bien et le Beau en se réfléchissant en lui se réduisaient à presque rien, mais que tout ce qui ne valait rien, tout ce qui était mauvais, apparaissait nettement et empirait encore. Les plus beaux paysages y devenaient des épinards cuits et les plus jolies personnes y semblaient laides à faire peur, ou bien elles se tenaient sur la tête et n’avaient pas de ventre, les visages étaient si déformés qu’ils n’étaient pas reconnaissables, et si l’on avait une tache de rousseur, c’est toute la figure (le nez, la bouche) qui était criblée de son. Le diable trouvait ça très amusant. Lorsqu’une pensée bonne et pieuse passait dans le cerveau d’un homme, la glace ricanait et le sorcier riait de sa prodigieuse invention. Tous ceux qui allaient à l’école des sorciers – car il avait créé une école de sorciers – racontaient à la ronde que c’est un miracle qu’il avait accompli là. Pour la première fois, disaient-ils, on voyait comment la terre et les êtres humains sont réellement. Ils couraient de tous côtés avec leur miroir et bientôt il n’y eut pas un pays, pas une personne qui n’eussent été déformés là-dedans. Alors, ces apprentis sorciers voulurent voler vers le ciel lui-même, pour se moquer aussi des anges et de Notre-Seigneur. Plus ils volaient haut avec le miroir, plus ils ricanaient. C’est à peine s’ils pouvaient le tenir et ils volaient de plus en plus haut, de plus en plus près de Dieu et des anges, alors le miroir se mit à trembler si fort dans leurs mains qu’il leur échappa et tomba dans une chute vertigineuse sur la terre où il se brisa en mille morceaux, que dis-je, en des millions, des milliards de morceaux, et alors, ce miroir devint encore plus dangereux qu’auparavant. Certains morceaux n’étant pas plus grands qu’un grain de sable voltigeaient à travers le monde et si par malheur quelqu’un les recevait dans l’œil, le pauvre accidenté voyait les choses tout de travers ou bien ne voyait que ce qu’il y avait de mauvais en chaque chose, le plus petit morceau du miroir ayant conservé le même pouvoir que le miroir tout entier. Quelques personnes eurent même la malchance qu’un petit éclat leur sautât dans le cœur et, alors, c’était affreux : leur cœur devenait un bloc de glace. D’autres morceaux étaient, au contraire, si grands qu’on les employait pour faire des vitres, et il n’était pas bon dans ce cas de regarder ses amis à travers elles. D’autres petits bouts servirent à faire des lunettes, alors tout allait encore plus mal. Si quelqu’un les mettait pour bien voir et juger d’une chose en toute équité, le Malin riait à s’en faire éclater le ventre, ce qui le chatouillait agréablement.

Mais ce n’était pas fini comme ça. Dans l’air volaient encore quelques parcelles du miroir !

Ecoutez plutôt.

 

Comptines autour de la neige

bonhomme de neige

Comme la météo nous annonce les premiers flocons de neige, nous vous proposons quelques comptines autour de la neige, en attendant de pouvoir réaliser des bonhommes de neige…

La neige

Blanche neige
Gros flocons
Chauds manteaux
Et gros pompons !

Dans la neige
Il fait bon
Tout est beau
Et tout est rond.

Les clochers
Les maisons
Ont des glaçons
Sur le front

Les traîneaux
Les chapeaux
Ont de la glace
Au menton.

Il fait froid,
Gla, gla, gla,
Couvertures et feu de bois.

Il fait chaud
Chocolat,
La neige fond
Et ça sent bon !

Sophie Arnould